Privé d’espace qui sommes nous?

C’est une réflexion que je me suis faite en sortant de l’exposition «life in cities » rétrospective du travail de Michael Wolf que je vous invite à découvrir.

J’ai d’abord été happée dès l’entrée par des clichés de visages et de mains écrasés derrière la vitre embuée d’un train.

Privé de choix, l’être humain a de la ressource pour s’adapter et « faire avec »le manque d’espace. Comment? par l’abstraction – s’extraire de soi-même, ne pas penser à ce qui se passe. Être là mais ailleurs à la fois, se retirer dans le sommeil aussi. On est tous habitués à le faire dans les grandes villes mais ici, dans ces mégapoles il faut « faire avec » l’écrasement, la promiscuité, le bruit partout et tout le temps, même dans l’espace intime. 

Combien de temps est -il possible de vivre ainsi sans perdre la raison ? Comment donner un sens à ce quotidien si contraint ?

Ces clichés montrent la maltraitance d’un système et de l’espace lui même, conçu dans l’abstraction de ceux pour qui il a été fait. Imaginé par des hommes pour d’autres hommes pourtant.

Par le jeu des échelles, des couleurs et des motifs, la série « architecture of density » joue aussi avec l’abstraction. Il faut s’y attarder pour prendre conscience que derrière ces fenêtres identiques qui forment un dessin esthétique et captivant, il y a des milliers de personnes, qui vivent là, … vraiment !

Expérience troublante …

——–« Life in cities » Michael Wolf, jusqu’au 22 avril au musée de la photo – La Haye—

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur linkedin
Partager sur LinkedIn
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest
Partager sur email
Partager par email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu