L'objectiF de cette méthode

Créer un intérieur qui révèle votre identité, facilite votre quotidien et utilise le potentiel de votre espace

Le principe

Le processus de transformation de votre intérieur démarre par un diagnostic approfondi pour comprendre vos liens avec l’espace où vous vivez.

Cette analyse permet de fixer un programme puis je vous propose soit un plan d’action pour transformer votre intérieur et / ou je vous soumets des esquisses, des hypothèses de transformation.

Ce sont des solutions d’organisation, d’optimisation et de mise en valeur en utilisant le potentiel existant de votre intérieur.

Ce processus croise trois aspects tout au long de la démarche :

1 | La dimension humaine

Dans la phase de diagnostic, mon objectif est de découvrir vos goûts, vos attentes, votre mode de vie, ce qui fait votre identité et de comprendre ce qui fonctionne bien et moins bien en terme de confort, d’usage dans votre espace pour restituer votre problématique dans un contexte d’ensemble.

J’établis un questionnaire personnalisé. Il est individuel pour que chacun s’exprime. Je vous invite à me parler de votre intérieur existant et rêvé en terme de ressenti, d’usage.

Ce travail permet ensuite d’échanger et de construire un programme d’action.

Cela signifie que je suis là pour vous apporter de la « matière » pour qu’il soit plus facile de décider ce qui est bon pour vous. Vous êtes totalement acteur de la transformation de votre intérieur.

2 | La dimension des objets du quotidien

le travail sur les objets et leur place dans la maison est fondamental dans ma démarche. Je vous incite à garder auprès de vous seulement les objets utiles à votre confort quotidien et ceux qui vous font joie.

L’objectif est de (re)prendre possession de son territoire source de bien-être et il a pour corollaire assez régulièrement de libérer l’espace ce qui ouvre les possibles.

Il s’agit aussi de définir le territoire partagé et le territoire personnel en choisissant les objets que l’on y dépose. C’est une interaction qui varie selon les personnalités, les âges, les moments. 

Comment combiner ces besoins pour un mieux vivre ensemble est un préalable à l’action sur l’espace

3 | La dimension spatiale

l’architecture vise l’équilibre et l’harmonie, comme en musique. C’est de là que nait la beauté.  Aussi, quand je transforme un espace, pour atteindre cet objectif, j’utilise 5 principes fondamentaux  : l’échelle, la proportion, la lumière, la circulation et le rythme.

Ils sont tous liés les uns aux autres. L’harmonie qui en résulte en est le savant mélange .

L’échelle

La bonne échelle, c’est ni trop grand ni trop petit. C’est d’abord le lien, le rapport entre l’espace et soi. On parle souvent d’échelle humaine. C’est l’échelle où l’on se sent à l’aise – c’est un rapport physique à l’espace.

Pour la maison, l’échelle est liée à la dimension des pièces. C’est une question de volume en rapport à ce qui se trouve à l’intérieur. Si l’espace est trop petit par rapport à sa fonction ou son ameublement cela donne vite une sensation de malaise.

Si les meubles et les objets sont trop petits ou trop grands, le rapport entre les vides et les pleins est déséquilibré. On ne se sent pas bien.

Exemple : Montessori a beaucoup œuvré pour que l’on offre aux enfants des objets et des meubles à leur échelle. Pour qu’ils puissent facilement se déplacer dans l’espace, expérimenter l’autonomie avec facilité, sans se sentir maladroit.

En lire plus

La proportion

C’est le rapport entre les parties d’un tout et entre les parties et le tout. Là encore tout concourt à la recherche d’équilibre. La bonne proportion c’est le bon rapport entre la hauteur et la largeur d’un espace ou d’un meuble. C’est aussi le bon placement d’une partie par rapport au reste. Un miroir sur un mur si il est trop haut ou trop large ne produira pas un bon effet.

Exemple : Le Corbusier a créé le Modulor sur la base du corps humain pour créer une architecture à la bonne proportion.

En lire plus

La lumière

La Lumière est un enjeu majeur en architecture. Elle apporte la vie à l’espace.
Le travail de la lumière est de deux natures – naturelle et artificielle. De jour ou de nuit l’espace n’offrira pas le même type de qualité.

Naturelle, c’est un acte fondateur dans la construction d’un espace. Percer un mur ou un toit pour la faire rentrer va transformer sa perception et va aussi lui donner son âme. En architecture contemporaine Tadao Ando en a fait sa signature.

Artificielle, elle vise un éclairement de qualité et la création d’une atmosphère. Le choix du matériel fait toute la différence : design des lampes pour l’aspect esthétique et caractéristiques techniques du matériel pour la qualité lumineuse.

J’ajoute à la lumière, la couleur et la matière qui lui sont liées. Lorsqu’il n’est pas possible de travailler sur la structure d’un espace – un des leviers est d’agir sur ces trois points qui doivent être pensés de concert. Couleurs et matières réagissent à la lumière et créent la tonalité de l’atmosphère.

En lire plus

La circulation

Dans la construction d’un espace, c’est la façon dont vont être reliées les pièces les unes aux autres. C’est aussi la façon dont on bouge dans chaque espace, comment sont placés les meubles pour que les mouvements soient faciles et que l’espace soit fonctionnel.

Exemple : Haussmann a profondément changé l’organisation des appartements parisiens en créant des circulations différenciées entre les espaces de services et les espaces de réception.

En lire plus

Le rythme

La composition architecturale repose sur la répétition de certains éléments. Rythme des fenêtres sur une façade, des portes dans un couloir, des lignes sur un revêtements de sol ou mural.

En lire plus

Le résultat

Avec cet accompagnement, vous passez à l’action, gagnez du temps, prenez vos décisions en connaissance de cause et vous avez des solutions associant pratique & esthétique.

A l’issue, chacun trouve sa place, chaque chose est a sa place et le mouvement est fluide dans votre intérieur.

Fermer le menu